James Harrison s’explique demain avec la NFL sur les accusations d’Al Jazeera.

Accusé d’avoir acheté des stéroïdes dans ce fameux reportage diffusé sur Al-Jazeera, le Linebacker James Harrison, pas favorable mais un peu contraint, va finalement s’expliquer avec la ligue et ce sera demain. La rencontre se fera dans les enceintes des Steelers et non pas chez lui comme exigé auparavant. Elle sera sommaire et rapide en présence des avocats. Harrison a plié mais il n’en a pas fini avec son cher commissionnaire.

« J’ai accepté. Ils vont pouvoir avoir leurs 23 secondes, ou ce qu’ils veulent. Ils n’ont aucune preuve tangible, c’est tout. », a-t-il déclaré aux micros.

« Mais avec l’accord collectif signé en 2011, si ça va dans les mains de cet escroc (crook), je veux dire Roger Goodell, il peut faire ce qu’il veut. »

Harrison a expliqué le faire pour ne pas porter atteinte à sa franchise. Avec le blanchiment de Peyton Manning plus tôt, on ne voit pas bien où cela pourrait aller à part… nulle part. Egalement incriminés, les défenseurs Clay Matthews, Julius Peppers et Mike Neal ont aussi donné leur accord pour rencontrer les instances NFL. Ce sera aujourd’hui pour les deux premiers et demain pour Mike Neal.

Devant leurs réticences, la NFL les avait menacé de les suspendre indéfiniment pour « conduite portant atteinte à l’intégrité de la ligue » s’ils ne répondaient pas aux questions des enquêteurs avant le 25 août. La NFL étant décidée à déterminer s’ils se sont dopés ou pas.

Les Packers les plus touchés par ce vrai-faux scandale, le Quarterback et capitaine Aaron Rodgers était venu à la rescousse de ses teammates en déplorant les pleins pouvoirs de Don Roger Goodell.

« S’ils sont suspendus, ce sera de notre faute. On aurait pu avec l’association des joueurs changer ce genre de pouvoir dans la dernière convention collective, mais on ne l’a pas fait. Je crois qu’on avait trop de pression pour vite trouver un accord alors qu’on avait les cartes en main. Personne ne devrait être juge, juré et bourreau. » a expliqué Rodgers. 

Le Quarterback des Packers avait expliqué qu’il ne comprenait pas pourquoi cette histoire n’était toujours pas réglée alors que Peyton Manning était déjà blanchi depuis plusieurs semaines, et que le pharmacien qui avait lancé cette bombe s’était rétracté.

« Il n’y a aucune raison que cette affaire leur coûte quoi que ce soit vu la situation. »

Screenshot ESPN